Notre priorité : votre santé

Pour que votre visite se déroule en toute sécurité, nous mettons en place les mesures suivantes en application du décret n° 2020-548 du 11 mai 2020 :

  • Réservation en ligne de votre plage horaire obligatoire. Nous vous demandons de limiter la durée de votre visite de l’exposition temporaire à 1h. 
  • Port obligatoire de votre masque tout au long de la visite
  • Contrôle de la température à l'entrée
  • Mise à disposition de gel hydroalcoolique
  • Maintien d'une distance de 1 mètre avec les autres visiteurs
  • Tout regroupement de personnes en cours de visite est proscrit.
  • Notre personnel est équipé de masques et les comptoirs d'accueil de parois vitrées.
Les sites Culturespaces
Musées et centres d’art
Monuments historiques
CENTRES D’ART NUMÉRIQUES
INSTITUT DE FRANCE | Paris

Conformément aux directives gouvernementales, le Musée Jacquemart-André reste fermé jusqu'à nouvel ordre.

EXPOSITION
Signac, les harmonies colorées
Du 5 mars au 19 juillet 2021

En 2021, découvrez l’oeuvre de Paul Signac (1863 – 1935), maître du paysage et principal théoricien du néo-impressionnisme, à travers près de 70 oeuvres issues du plus bel ensemble d’oeuvres néo-impressionnistes en mains privées. Aux côtés de 25 de ses toiles telles que Avant du Tub (1888), Saint-Briac. Les Balises (1890), Saint-Tropez. Après l’orage (1895), Avignon. Matin (1909) ou Juan-les-Pins, Soir (1914) et d’une vingtaine d’aquarelles, l’exposition présentera plus de vingt oeuvres de Georges Seurat, Camille Pissarro, Maximilen Luce, Théo Van Rysselberghe, Henri-Edmond Cross, Louis Hayet, Achille Laugé, Georges Lacombe et Georges Lemmen.

L’ensemble de l’exposition suivra un parcours chronologique, depuis les premiers tableaux impressionnistes peints par Signac sous l’influence de Claude Monet jusqu’aux oeuvres vivement colorées réalisées par l’artiste au XXe siècle, en passant par sa rencontre avec Georges Seurat en 1884. L’exposition, qui retracera la vie de Signac et son travail de libération de la couleur, évoquera également l’histoire du néo-impressionnisme.

En introduction, une salle sera consacrée à la présentation du mouvement néo-impressionniste. La rencontre de Georges Seurat y sera évoquée par deux rares dessins au crayon Comté et l’entrée en scène des principaux acteurs du mouvement - Camille Pissarro, Henri-Edmond Cross, Maximilien Luce et Théo Van Rysselberghe - sera illustrée par des portraits. (Portraits de Georges Seurat (1890), Camille Pissarro (1895) et Henri-Edmond Cross (1898) par Maximilien Luce ; Portrait de Maximilien Luce (1890) par Signac ; Autoportrait (1916) de Théo Van Rysselberghe). Saint-Briac. Le Béchet (1885) y rappellera les débuts impressionnistes de Signac et le visiteur verra la technique de l’artiste évoluer avec Fécamp. Soleil (1886), Avant du Tub (1888) et Saint-Briac. Les Balises (1890), ses premiers chefs-d’oeuvre néoimpressionnistes.
Ensuite, une importante section sera réservée aux premiers tableaux néo-impressionnistes de Signac, puis à la période de Saint-Tropez où il choisit de passer la belle saison chaque année de 1892 à 1913. Les oeuvres peintes à Paris et en Bretagne contrasteront avec les tableaux aux couleurs fortes inspirés par le Midi. L’exposition illustrera ainsi le développement stylistique du peintre qui se libère progressivement des théories de Seurat pour faire évoluer le néo-impressionnisme dans le sens d’une expression picturale toujours plus colorée.
Signac a beaucoup milité pour la diffusion du mouvement et les tableaux de ses compagnons de route seront accrochés au coeur de l’exposition. Les oeuvres des plus célèbres d’entre eux- Pissarro, Van Rysselberghe, Cross ou Luce- voisineront avec celles de Louis Hayet, Georges Lemmen, Georges Lacombe et Achille Laugé, artistes qui seront de véritables découvertes pour la plupart des visiteurs.
Ceux-ci pourront ainsi apprécier les aspects variés du néo-impressionnisme, interprétés par des personnalités artistiques très différentes à travers des oeuvres comme Au Café (1887-1888) de Louis Hayet, Briqueterie Delafolie à Eragny (1888) de Camille Pissarro, Le Moulin du Kalf à Knokke (1894) de Théo Van Rysselberghe ou La Mer clapotante (vers 1902-1905) de Henri-Edmond Cross.

Dans les trois dernières salles de l’exposition, le musée présentera l’oeuvre de Signac au XXe siècle. Un bel ensemble de tableaux soulignera l’évolution stylistique de l’artiste qui se fonde sur le contraste des couleurs pour orchestrer de plus en plus librement ses compositions chromatiques. Peintre novateur, Signac ouvre alors la voie à de nouvelles générations d’artistes, fauves, futuristes ou abstraits. À cette époque, il peint de nombreuses aquarelles et une sélection d’entre-elles rappellera qu’elles occupent une part de plus en plus importante de son travail.

Commissariat

Marina Ferretti a collaboré à la préparation du Catalogue Raisonné de Paul Signac publié en 2000 par Françoise Cachin et a été responsable des Archives Signac de 1985 à 2012. De 2003 à 2009, elle a été chargée de mission auprès de la mairie du Cannet pour la mise en place du projet de Musée Bonnard. Nommée directeur scientifique du musée des impressionnismes à Giverny en 2009, elle a assuré cette fonction jusqu’à sa retraite en 2019. Spécialiste de l’oeuvre de Signac et du néoimpressionnisme, elle a été commissaire de nombreuses expositions, notamment Signac (Paris, Grand Palais, Amsterdam, Vincent van Gogh Museum et New York, Metropolitan Museum of Art, 2001) ; Paul Signac (Fondation Pierre Gianadda, Martigny, Suisse, 2003) ; Le Néo-impressionnisme. De Seurat à Paul Klee, avec Serge Lemoine (musée d’Orsay, Paris, 2005) ; Neo-Impressionism, from Light to Color (Osaka, Abeno Harukas Art Museum, et Tokyo Metropolitan Art Museum, 2014) et Signac, les couleurs de l’eau (Giverny, Musée des impressionnismes et Montpellier, musée Fabre, 2013). Elle est aussi l’auteur et la responsable éditoriale de nombreux catalogues et publications, notamment Signac aquarelliste (2001) et L’Impressionnisme (2005, collection Que sais-je ?).

Pierre Curie est conservateur en chef du patrimoine. Spécialiste de peinture italienne et espagnole du XVIIe siècle, il a également travaillé sur celle du XIXe siècle français au Musée du Petit Palais où il a commencé sa carrière de conservateur. Par la suite chargé du domaine de la peinture à l’Inventaire général, il a co-rédigé et conduit le Vocabulaire typologique et technique de la peinture et du dessin (paru en 2009). Nommé responsable de la filière peinture du département restauration du Centre de recherche et de restauration des Musées de France en 2007, il a coordonné et suivi quelques grandes restaurations de tableaux des musées nationaux (Léonard de Vinci, Titien, Rembrandt, Poussin…). Pierre Curie est conservateur du Musée Jacquemart-André depuis janvier 2016.

Application mobile

Application de visite du musée et de l'exposition en cours

Téléchargez l'application officielle du Musée Jacquemart-André et profitez de deux parcours : "Collection permanente" et "Exposition temporaire". 

Le parcours "Collection permanente" contient 1h de visite commentée qui, grâce à 18 points d’intérêt et une vingtaine de notices d’œuvres vous entraînent à la découverte du lieu et des plus belles œuvres du Musée. Parcours gratuit. 

Le parcours "Exposition temporaire" vous permet de découvrir les œuvres majeures de l’exposition grâce à une vingtaine de commentaires audio. Parcours payant 2,99 €