Notre priorité : votre santé

Suite aux annonces gouvernementales, l’accès au musée, au café et à la librairie-boutique nécessite la présentation d’un pass sanitaire (sous format papier ou numérique). 

Ce pass peut prendre différentes formes :
Un certificat de vaccination attestant d’un cycle vaccinal complet et du délai nécessaire après la dernière injection OU
- Un certificat de test PCR ou antigénique de moins de 24 heures (les autotests ne sont pas valables) OU
- Un certificat de rétablissement de la COVID-19 (test positif de plus de 11 jours et de moins de 6 mois).

Le port du masque reste obligatoire au sein du musée.
Plus d'info sur gouvernement.fr/info-coronavirus

Merci pour votre compréhension, 
L'équipe du Musée Jacquemart-André

Les sites Culturespaces
Musées et centres d’art
Monuments historiques
CENTRES D’ART NUMÉRIQUES
INSTITUT DE FRANCE | Paris

À partir du samedi 8 janvier, nocturnes exceptionnelles jusqu’à 22h les samedis, dimanches et lundis. 

EXPOSITION
De Watteau à Fragonard les fêtes galantes
Du 14 mars au 21 juillet 2014

Le Musée Jacquemart-André présente une grande exposition sur la peinture française du XVIIIe siècle et ses maîtres : "De Watteau à Fragonard, les Fêtes galantes". À cette occasion, il réunit une soixantaine d’œuvres, essentiellement des peintures provenant d’importantes collections, le plus souvent publiques, françaises, allemandes, anglaises ou encore américaines.

Le terme de "fête galante" désigne un genre pictural qui éclot au début du XVIIIe siècle, pendant la Régence (1715-1723), autour de la figure emblématique de Antoine Watteau (1684-1721). Dans des décors champêtres à la végétation luxuriante, Watteau met en scène le sentiment amoureux : danseurs, belles dames ou bergers s’adonnent à des divertissements ou à des confidences.

À la suite du maître, Nicolas Lancret (1690-1743) et Jean-Baptiste Pater (1695-1736) s’approprient les codes de la fête galante, qu’ils font évoluer. Ils ancrent ces scènes imaginaires dans la réalité en y reproduisant des lieux, des œuvres d’art ou des détails aisément reconnaissables par leurs contemporains. Les artistes les plus créatifs, comme François Boucher (1703-1770) et Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), donneront à leur tour une vision très personnelle des plaisirs de la fête galante. La poésie et la légèreté qui se dégagent de leurs œuvres s’accompagnent d’une recherche d’élégance et de raffinement propres à l’esprit rococo qui s’épanouit au siècle des Lumières, maniant avec brio les lignes courbes et les couleurs claires.

Le thème de la fête galante a tout naturellement trouvé sa place au Musée Jacquemart-André, dont la collection de peintures françaises du XVIIIe siècle, réunies par Nélie Jacquemart et Édouard André, est l’un des joyaux.