Notre priorité : votre santé

Suite aux annonces gouvernementales, l’accès au musée, au café et à la librairie-boutique nécessite la présentation d’un pass sanitaire (sous format papier ou numérique). 

Ce pass peut prendre différentes formes :
Un certificat de vaccination attestant d’un cycle vaccinal complet et du délai nécessaire après la dernière injection OU
- Un certificat de test PCR ou antigénique de moins de 24 heures (les autotests ne sont pas valables) OU
- Un certificat de rétablissement de la COVID-19 (test positif de plus de 11 jours et de moins de 6 mois).

Le port du masque reste obligatoire au sein du musée.
Plus d'info sur gouvernement.fr/info-coronavirus

Merci pour votre compréhension, 
L'équipe du Musée Jacquemart-André

Les sites Culturespaces
Musées et centres d’art
Monuments historiques
CENTRES D’ART NUMÉRIQUES
INSTITUT DE FRANCE | Paris

À partir du samedi 8 janvier, nocturnes exceptionnelles jusqu’à 22h les samedis, dimanches et lundis. 

EXPOSITION
Désirs & Volupté à l'époque victorienne
Du 13 septembre 2013 au 20 janvier 2014

L’exposition "Désirs & volupté à l’époque victorienne" invitait à découvrir les artistes célèbres de l’Angleterre de la reine Victoria au XIXe siècle, dont Sir Lawrence Alma-Tadema (1836-1912), Sir Frederic Leighton (1830-1896), Edward Burne-Jones (1833-1898) ou encore Albert Moore (1841-1893). Les artistes de cette période ont en commun de célébrer le "culte de la beauté".

Première puissance mondiale sous le règne de Victoria (1837-1901), la Grande-Bretagne ouvre la voie à de profonds bouleversements économiques et sociaux. Dans ce contexte marqué par le puritanisme, les peintres expriment à travers leur sensibilité un art qui contraste avec la rudesse de cette époque et sa rigueur morale : retour à l’Antiquité, femmes dénudées, peintures décoratives somptueuses, expressions poétiques et littéraires avec des compositions médiévales, héritières des préraphaélites…

La quête esthétique est le maître-mot de ces artistes qui ont fait de la beauté un absolu et un art de vivre. Le sujet principal de ce mouvement artistique, dénommé "Aesthetic Movement", est la femme. Son corps n’est plus entravé comme dans la vie quotidienne, mais nu, il symbolise une forme de volupté et de désir féminin. Dépeintes dans un cadre de vie réinventé, les femmes se muent en héroïnes antiques ou médiévales. Une nature luxuriante et des palais somptueux servent de décors à ces femmes sublimes, lascives, sensuelles, amoureuses, bienfaisantes ou maléfiques. La peinture devient un rêve éveillé, foisonnant de symboles.

Les œuvres exposées au Musée Jacquemart-André, dont certaines sont de véritables icônes de l’art britannique (Les Roses d’Héliogabale d’Alma-Tadema, Les Jeunes filles grecques ramassant des galets au bord de la mer de Leighton, Un Quartet d’Albert Moore, Andromède de Poynter…), appartiennent à l’une des plus importantes collections de peinture victorienne en main privée : la collection Pérez Simón.  

Les peintres Lawrence Alma Tadema, Edward Burne Jones, John William Godward, Frederick Goodall, Arthur Hughes, Talbot Hughes, Frederic Leighton, Edwin Long, John Everett Millais, Albert Moore, Henry Payne, Charles Edward Perugini, Edward John Poynter, Dante Gabriel Rossetti, Emma Sandys, Simeon Solomon, John Strudwick, John William Waterhouse et William Clarke Wontner, emblématiques de cette période victorienne, sont représentés à cette occasion.